Présentation de l’Agence

PREMIUM GESTION PATRIMOINE

Transactions Immobilières. Reprise & Cession.

Agence Immobilière : Transactions- Reprise & Cession.

Au 11, Boulevard de Ratalens « La Véranda3 31240 SAINT-JEAN. Parking.

Une antenne Bureaux est ouverte à Toulouse (Côte-Pavée- Montaudran)

Professionnels du Patrimoine et de la Finance, du droit & de l’immobilier, les trois associés de l’Agence PREMIUM GESTION PATRIMOINE, vous accompagne dans toutes les étapes de votre projet.

Agence à taille humaine et de proximité, nos compétences professionnelles sont issues d’années de pratique et d’une expérience effective, elles sont nos atouts pour votre suivi sérieux et efficace.

Nous sommes professionnels de la Médiation & de la Négociation (formés à l’EPMN).

Nous disposons de notre propre Pôle juridique & Administratif en interne.

Nous suivons des certifications en Ethique fondamentale et Responsabilité Sociétale.

Nous disposons d’une Charte de déontologie et d’éthique ainsi que d’un Label « raison d’être ».

L’Agence PREMIUM GESTION PATRIMOINE vous accompagne dans le cadre de l’immobilier privé et de l’ensemble de vos projets. Elle est aussi spécialisée dans l’immobilier professionnel et notamment industriel.

Notre force est de disposer d’une capacité d’étude, d’audit et d’expertise tant patrimoniale, qu’économique & juridique, fiscale, financière, prospective et RSE.

Veille et Informations Juridiques en continu.

Nous garantissons la confidentialité à tous nos clients.

English, Spanish and Italian Spoken


Patrimoine & Gestion

Un des objectifs du Cabinet de Gestion est de valoriser le patrimoine des clients particuliers et professionnels. Ce, grâce à une excellente expertise patrimoniale, juridique et financière, acquise avec l’expérience professionnelle de la Direction Patrimoine d’une prestigieuse banque internationale pendant 20 années et d’une solide expérience dans la promotion immobilière et la transaction immobilière.

Le cabinet de gestion établit systématiquement un diagnostic patrimonial et propose des stratégies d’investissement pertinentes au regard d’une situation précise qui a été auditée dans les détails.Ce diagnostic s’adresse aux particuliers ainsi qu’aux entreprises et tout type d’organisation.
Le diagnostic délivré s’établit aussi au regard de besoins spécifiques qui seront débattus et analysés, ainsi que des objectifs planifiés. Le service est absolument dédié et personnalisé.

L’avantage du Cabinet de gestion, est qu’il répond à des problématiques complexes professionnelles et personnelles, sans passer par des solutions fermées, propres à un seul réseau (Banque ou Assurance). En effet, il étend sa gamme de solutions efficaces au panel que lui offre son potentiel de choix et à son expertise affinée par un professionnalisme aguerri. Les possibilités sont multiples et très adaptables. Le service juridique quant à lui, sécurise l’entièreté des opérations administratives, financières et de gestion.

Le Cabinet de Gestion vous offre toutes les garanties : le D.E.R. (Document d’Entrée en Relation) est délivré systématiquement au client particulier ou professionnel ; y figurent toutes les qualifications, expertises et agréments du Cabinet, ainsi que tous les liens entretenus avec les intermédiaires financiers, banques ou assurances dont les produits sont distribués.

Comme évoqué, PREMIUM GESTION établit par écrit un Diagnostic de situation, le « Bilan Patrimonial ». De son Audit et son Analyse ressortent des préconisations spécifiques qui sont soumises à l’approbation éclairée du client.
Le Cabinet PREMIUM GESTION est immatriculé à l’ORIAS, au Registre Officiel des intermédiaires en assurance, banque et produits financiers.

Point Infos

Patrimoine & Gestion

SICAV

Une SICAV monétaire est une Société d’investissement à capital variable (SICAV) dont les placements sont constitués essentiellement de bons du Trésor, de titres de créances négociables à court terme et d’obligations à taux fixe ou variable proches de leur date de remboursement. Soit des placements offrant des risques très limités de variation de valeur et permettant de rémunérer un excédent de trésorerie à brève échéance. On distingue la SICAV monétaire classique dont les titres ont une durée de vie inférieure à 3 mois, de la SICAV monétaire dynamique (qui peut inclure des actifs risqués) exploitant des placements plus longs allant de 6 mois à 2 ans.

En épargne salariale, vous avez la possibilité de sécuriser votre épargne au travers de fonds à faible volatilité. Les fonds monétaires constituent des supports intéressants dès lors que vous avez des projets à court terme, que vous souhaitiez vous mettre en position d’attente ou pour réduire le niveau de risque de votre portefeuille. De quoi sont constitués ces fonds ? Comment fonctionnent ils ? A quoi servent-ils ? Tour d’horizon de ces supports utiles mais souvent incompris.

Un fonds monétaire, c’est quoi ?

Un fonds monétaire est un fonds investi en titres de créances à court terme, d’Etats et d’entreprises (bons du Trésor émis par les états, certificats de dépôt émis par les banques, billets de trésorerie émis par les entreprises). Les montants unitaires de ces titres sont très élevés et un particulier ne peut pas investir directement sur le marché monétaire. Pour les particuliers, la seule solution est d’investir dans des « fonds monétaires » (de type OPCVM, FCPE) qui sont eux-mêmes investis dans des titres de créances à court terme et sont gérés par des investisseurs professionnels.

Son objectif de rendement est d’avoir une performance en liaison avec le taux directeur de la BCE (Banque centrale Européenne). L’indice de référence des fonds monétaires est l’EONIA (Euro Overnight Index Average) qui représente la moyenne des taux pratiqués entre les banques de la zone euro sur 24 heures. Les fonds sont donc investis sur des titres de court terme et de qualité. En échange, le rendement espéré est très faible voire, comme en ce moment, négatif.

Un choix adapté si vous avez des projets à court terme

Le fonds monétaire, c’est un peu la valeur-refuge des fonds d’épargne salariale, son principal avantage réside dans sa volatilité très faible : votre épargne est stable et ne varie pas beaucoup. Lorsque votre épargne est investie sur ce fonds, vous n’êtes exposé(e)s ni aux marchés actions, ni à l’évolution des taux longs du marché obligataire. Vous ne dépendez en réalité que du taux de dépôt fixé par la banque centrale européenne (BCE).

Or, depuis 2014, le taux de dépôt de la BCE est négatif. Pire : ce taux a été abaissé à plusieurs reprises depuis cette date et atteint désormais -0,50% depuis septembre 2019. En clair, si vous investissez 1 000 euros aujourd’hui sur un fonds monétaire, vous perdrez environ 5 euros par an. Au bout de 10 ans, votre capital aura fondu d’environ 50 euros et ne vaudra plus que 950 euros. Vous l’aurez compris : à long terme, il y a mieux à faire qu’investir sur le fonds monétaire de vos plans d’épargne salariale.

Dès lors que vous bénéficiez d’un horizon de placement à plus long terme (notamment lorsque vous n’avez aucun projet certain à financer dans les prochaines années), il est au contraire recommandé de fuir les taux négatifs du fonds monétaire. Logique ! Il vous reste alors deux choix principaux : investir en actions ou en obligations.

Libre à vous de choisir votre allocation entre ces différents placements. Pour vous aider, pensez à votre horizon de placement. Si vous pensez avoir plus de 5 ans devant vous, faites la part belle aux fonds actions, qui historiquement offrent le meilleur potentiel de rendement à long terme (environ 5% par an, avec des hauts et des bas). Si vous pensez avoir besoin de votre argent dans moins de 5 ans, dirigez-vous plutôt vers des fonds diversifiés ou obligataires, moins risqués. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas notre règle d’or : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier.


Immobilier

Données de 2019 (Pas de données 2020, en raison de la crise sanitaire)

Marché immobilier : tendance et évolution des prix de l’immobilier

L’analyse du marché immobilier est issue de la Note de conjoncture immobilière des notaires de France. Elle présente la conjoncture immobilière en France : tendance et évolution des prix de l’immobilier.


Le marché immobilier dans l’ancien

Avec 985 000 transactions réalisées sur douze mois à fin mars 2019, le volume annuel des transactions reste à un niveau historiquement haut pour atteindre un nouveau record. Il n’a d’ailleurs cessé d’augmenter en glissement annuel chaque mois depuis le trimestre précédent (965 000 en décembre 2018), et est supérieur de 2,6 % à celui observé un an plus tôt (960 000). À ce rythme, le million de transactions pourrait être atteint avant la fin de l’année 2019.

Néanmoins, ce nombre de transactions, s’il reste impressionnant, reste toujours à relativiser s’il est rapporté au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1 % par an. Dès lors, la proportion de ventes reste équivalente aujourd’hui à celle du début des années 2000. Comme lors du trimestre précédent, nous observons une stabilisation des volumes en Île-de-France, après ces trois années de hausse. Il faudra alors observer l’évolution des volumes en province dans les mois à venir pour voir s’ils s’assagissent également.

Le volume des ventes immobilières

Note de conjoncture immobilière - Juillet 2019 - Notaires de France

Évolution des indicateurs avancés basés sur les avant-contrats en France métropolitaine : projection à fin mai 2019.

Ce mouvement continu s’appuie néanmoins indéfectiblement sur la confiance des Français en l’immobilier toujours considéré comme un placement sûr où l’augmentation des prix ne freine pas leurs velléités d’achat. Ainsi l’endettement global des Français augmente, mais la conjonction des taux bas avec la durée des emprunts jugule l’effet hausse des prix.

Les légères baisses des taux d’intérêt qui étaient déjà à un (très) bas niveau depuis le début de l’année 2019 participent au maintien du volume de ventes et des prix élevés. Le taux d’intérêt moyen des crédits nouveaux à l’habitat (à long terme et à taux fixe) a diminué en avril. De même, la durée des prêts à l’habitat s’allonge, elle est en moyenne de 19 ans et deux mois. Mais il est fréquent aujourd’hui de recourir à des prêts sur 25 ans. Cette politique des banques centrales de maintenir des taux de crédit proche du niveau de l’inflation permet de solvabiliser de nouveaux primo-accédants.

Note de conjoncture immobilière - Juillet 2019 - Notaires de France

Le marché, stimulé par les taux et la résilience de la confiance en l’économie française malgré les tensions sociales observées cet hiver, tourne donc à plein régime actuellement. Il faut cependant suivre l’évolution de la politique monétaire de la BCE, qui pourrait remonter les taux en fin d’année. Cela renchérirait le « coût du carburant du marché immobilier » et engagerait un mouvement de stabilisation des prix et, par conséquent, un assagissement du marché. Néanmoins, sans hausse brutale, il devrait rester dynamique en préservant des volumes élevés.


Le marché immobilier dans le neuf : un marché en panne :

Note de conjoncture immobilière - Juillet 2019 - Notaires de France

Comprendre en 5 questions la transmission et la reprise d’entreprise

Par Bercy Infos

Dans les 10 prochaines années, plus de 600 000 entreprises seront transmises à des repreneurs. Voici quelques explications pour bien comprendre comment la cession-reprise d’entreprise fonctionne.

1. Quelles sont les démarches à effectuer avant de se lancer dans la transmission / reprise d’entreprise ?

Pour le cédant d’entreprise

Transmettre une entreprise se prépare plusieurs mois voire plusieurs années à l’avance. Avant de céder une entreprise, il est nécessaire de bien connaître ses forces et ses faiblesses afin d’en établir le diagnostic. Ce diagnostic prend notamment en compte les produits, le marché, la concurrence, la stratégie de l’entreprise, les ressources humaines, la comptabilité, les moyens, les aspects juridiques et financiers, etc. et sera important pour aider les repreneurs dans leur décision.

Il est possible de réaliser une partie du diagnostic seul mais il est recommandé de se faire aider de professionnels tels qu’un notaire ou un avocat pour les aspects juridiques et un expert-comptable pour les aspects comptables

Pour le repreneur d’entreprise

Se lancer dans l’entrepreneuriat est une décision importante dans la vie d’un professionnel et de sa famille, il est donc important de se préparer. La construction d’un business model permet au repreneur de déterminer quel serait son projet idéal : secteur d’activité, chiffre d’affaires, effectif, organisation etc. Ce travail permet ensuite de mieux cibler la recherche.

2. Avant sa cession / reprise, comment déterminer la valeur d’une entreprise ?

Attention, il est très important de distinguer la valeur d’une entreprise et son prix.

La valeur résulte de différents critères matériels (machines, bâtiments, immobilier…) ou immatériels (brevets, fichiers clients, marques, logiciels…). Le prix, quant à lui, répond aux critères de l’offre et de la demande.

3 approches sont utilisées pour déterminer la valeur d’une entreprise : l’approche patrimoniale, l’approche dite « de rendement » et l’approche dite « comparative ».

Les méthodes patrimoniales

Elles visent principalement à évaluer ce que possède l’entreprise (les actifs) et à en soustraire la valeur de ses dettes pour obtenir l’actif net ou situation nette.

Les méthodes dites « de rendement »

Il s’agit d’estimer la capacité future de l’entreprise à dégager des bénéfices, puis à en déduire sa valeur, tout en tenant compte du risque de non réalisation de ces bénéfices.

Les méthodes dites « comparatives »

Elles consistent à comparer l’entreprise avec d’autres entreprises semblables, et dont la valeur de transaction est connue.

Leur pertinence peut varier en fonction de la taille de l’entreprise ou de la nature de ses activités par exemple. Il est donc généralement conseillé d’utiliser plusieurs méthodes afin d’avoir une vision la plus globale et la plus complète de toutes les composantes de l’entreprise, pour en faire au final, l’évaluation économique la plus juste.

Avant de consulter le diagnostic de l’entreprise, les repreneurs doivent avoir une bonne connaissance du marché afin de pouvoir déterminer si l’offre leur convient ou pas, et dans quelle mesure ils pourront négocier.  

3. Comment trouver un cédant ou un repreneur d’entreprise ?

Trouver un cédant ou un repreneur avec l’accompagnement d’un Cabinet de Gestion spécialisé.

4. Le cédant accompagne-t-il le repreneur d’entreprise ?

Le cédant peut accompagner le repreneur pendant une période déterminée afin d’aider le repreneur à bien comprendre le fonctionnement de l’entreprise, les relations avec les clients etc. Le mode d’accompagnement doit être précisé avant la signature de l’acte de cession. Il devra indiquer par exemple le statut du cédant (salarié, conseiller, etc.), la durée de l’accompagnement, et le mode de rémunération s’il y a lieu.

5. Qu’en est-il des salariés de l’entreprise reprise ?

L’article L1224-1 du Code du travail stipule que « lorsque survient une modification dans la situation juridique de l’employeur, notamment par succession, vente, fusion, transformation du fonds, mise en société de l’entreprise, tous les contrats de travail en cours au jour de la modification subsistent entre le nouvel employeur et le personnel de l’entreprise ».