Immobilier Professionnel

Bâtiment industriel

Le concept d’immobilier industriel s’inscrit dans le registre de l’immobilier d’entreprise. Celui-ci présente une offre uniquement dédiée aux professionnels qui recherchent un bâtiment, un local ou des bureaux pour accueillir leurs activités respectives. L’agent immobilier spécialisé propose alors une expertise entièrement tournée vers les besoins des sociétés. Il peut s’agir de biens en vente ou en location. Cela comprend aussi des demandes précises en matière d’aménagement des lieux et des services connexes :

  • Les possibilités de stationnement avec parking privatif ;
  • La mise à disposition de sites de stockage ;
  • La visibilité du site pour les activités commerciales ;
  • Les facilités d’accès pour les collaborateurs, employés et prospects ;
  • Les zones à accès restreint…

Le foncier industriel requiert donc des besoins variés et très précis pour travailler dans de bonnes conditions. Cela signifie également proposer un panel d’offres qui s’accordent avec une nécessité de croissance et la taille actuelle de son entreprise. Dans ce contexte, la situation géographique détermine aussi les possibilités de développement. On peut ainsi se tourner vers des zones industrielles pour l’activité productive. Quant au siège social ou aux bureaux administratifs, ils peuvent se trouver en agglomération.

Contactez l’Agence pour connaître les biens industriels à la vente.

La cession de fonds de commerce

Cession de tous fonds de commerce

La cession de fonds de commerce consiste à vendre l’ensemble des éléments saisissables (mobilier, matériel etc.) et des éléments insaisissables (clientèle, enseigne, etc.) qui permettent l’exercice d’une activité professionnelle. Une telle cession constitue une alternative à la cession d’entreprise : plutôt que de céder des parts sociales, ce sont les actifs de la société qui sont transmis. 

Comme en cas de donation d’une entreprise ou de vente d’entreprise des mentions obligatoires doivent figurer dans l’acte. Doivent impérativement être mentionnés dans l’acte de cession, qu’il soit notarié ou rédigé par les parties :

  • Le prix de vente du fonds. 
  • La provenance détaillée du fonds, c’est-à-dire le nom du prédécesseur immédiat du vendeur, la date de l’acte par lequel le vendeur a lui-même acquis le fonds, la nature de cet acte (s’agit-il d’un acte sous seing privé ou d’un acte authentique ?) et le prix auquel le vendeur a acheté le fonds de commerce. Si c’est le vendeur qui a créé le fonds de commerce, il faut l’indiquer dans l’acte de vente.
  • L’état des privilèges et des nantissements : il s’agit du document officiel obtenu par tout intéressé auprès du greffier du Tribunal de commerce local et qui informe des privilèges et des nantissements pesant sur le fonds de commerce.
  • Le chiffre d’affaires et les résultats d’exploitation réalisés au cours des 3 derniers exercices.
  • Les éléments du bail commercial si vous occupez un local commercial : si vous êtes locataire, l’acte de cession devra indiquer la date et la durée du bail ainsi que le nom et l’adresse du bailleur et du cédant. D’autre part, notez qu’il vous faudra notifier la cession à votre bailleur.